World CleanUp Day .. nettoyons nos habitudes et nos coeurs!

Loin des yeux loin du coeur……. loin du coeur ????!

Aujourd’hui c’est le world CleanUp day.

Grise, verte, jaune, rouge… Poubelle, tu es ce corridor malin que nous avons inventé pour vite vite, garder nos « maisons » propres, pour transférer ces choses que nous ne voulons pas … vers ce jardin qui n’est pas le notre mais qui surement est à notre voisin, celui qui sera là demain, celui habite juste là, de l’autre côté de la mer, celui qui, avec le sens du vent, la force de l’érosion, la croissance démographique, découvrira notre joli paquet de m…. déchets enfouis, ou dansant dans les airs. Quelle poésie, n’est-ce pas?

Aujourd’hui est ce jour qu’on appelle le « world CleanUp day ».

Et si je suis ravie de décider d’y participer – quelques heures seulement, pour le geste, pour la cohésion, – je suis à la fois très perplexe sur cette journée qui n’a aucun sens …… …?????

Aucun sens si nous continuons en fait, de remplir ce réservoir de déchets. C’est comme soigner les symptômes d’une maladie sans en éradiquer la cause. Bref…. je me demande.

Oui oui oui, je sais que nos vies sont remplies, que nous n’avons « pas le temps », « pas le temps », « pas le temps ». Et bien sur, nous sommes dans des contradictions d’une puissance qui parfois donnent le tournis.

Et pourtant. Il y a quelques temps déjà, j’ai vécu ce moment de bascule intérieure… celui qui fait réaliser avec le coeur, que chaque objet que j’utilise – consomme- pour ma vie et celle de mon entourage , passe par la poubelle, ici ou chez mon marchant parce que ‘non merci je ne pars pas avec l’emballage »….
Il passe par la poubelle , ce qui se reformule en « merci poubelle, grâce à toi cette chose là ne reste pas chez moi, mets là où tu veux. Nature, autre pays, peu importe, mais pas chez moi ».

Alors … oui mais c’est compliqué.

Bien sur que c’est compliqué. En même temps l’humain adore les challenges, et résoudre des « problèmes »…

Alors on fait quoi ?

On peut continuer d’acheter nos barquettes et le joli petit plastique qui l’emballe, tous les jours, et après râler sur « ces gens qui ne les mettent pas à la poubelle, regarde moi ça, c’est dégueulasse, tout ça par terre »… sauf que.

Toutes mes excuses, mais nos barquettes subissent le même sort. C’est juste, que par moment, par chance, elles ne seront pas visibles, mais enfouies juste là, sous la surface. Au milieu des verre de terre qui ne sauront quoi en faire.

On peut continuer d’acheter du bio sur-emballé en plastique qui a fait 40000 km pour venir à nous;
On peut continuer de ne pas le ressentir du tout (à quoi bon après tout ? ) on peut se dire « c’est compliqué », on peut nettoyer les plages 1 jour… on peut tout ça.
Et aujourd’hui, on peut décider d’aller réparer un peu tout cela, nettoyer ensemble ce lieu qui nous est cher, parce qu’il est beau, tout simplement !! Cet infime pourcentages dont nous sommes les directs responsables. et je m’inclue absolument dans le lot. Vite vite, enlevons les déchets de nos yeux, dans notre espace de jeu. Plage préférée, rivière, forêt qui fait partie de notre quotidien…

On peut aussi….?
On peut aussi aller plus loin, et voir , ressentir, toucher, penser… avec le coeur.
Dans nos gestes, au quotidien. A chacun de voir le petit pas qui est possible.

Et si ? On décidait d’écouter quelque chose de plus grand. De se reconnecter avec notre sensibilité. Celle qui tirent les larmes que tu as enfouies mais qui pourtant, sont ce passage vers un autrement.
Et si on ressentait de l’intérieur l’impact de nos petits gestes, et si on décidait que nous souhaitons que notre maison soit propre, ainsi que notre jardin, mais pas au dépend de notre voisin. Tu sais, celui qui va naitre et un jour construire peut être une maison sur ce terrain sous lequel nous enfouissons nos caprices de consommateurs, où ceux d’une société qui décide que les objets ont une date de péremption-obsolescence de plus en plus désabusante. Tu sais, notre voisin de l’autre côté de la mer aussi, celui qui fait bruler nos jolis iPhone 3 ou 4 (quoi tu n’es pas encore passé au 10 ?) pour se tuer à petit feu et en récupérer quelques métaux rares… ainsi va la vie aussi, pour notre voisin . Heureusement qu’il est loin , et qu’il n’est pas de notre famille…..et que… . j’en passe.

Et si on décidait de ressentir de la joie de vivre autrement qu’en consommant au delà du nécessaire.
D’écouter le bruit, les saveurs, les beautés colorées de notre sublime nature.
De créer des projets ensemble, de ralentir aussi.
De poser des silences dans nos vies. Tu sais, ceux qui permettent d’écouter nos besoins actuels, pour encore une fois, prendre à ce moment là, la direction juste, plutôt que d’aller encore acheter…. et transmettre bientôt ce bel achat à notre terre, à nos voisins….

Nous sommes le monde.
Aujourd’hui, c’est le world CleanUp day.
Alors oui, nettoyons notre jardin, nos plages et nos rivières. Mais nettoyons surtout nos habitudes et nos coeurs.

Photographie : Thierry Peres
Précédent De la nourriture du cœur

1 commentaire

  1. Très beau cri d’amour pour notre Terre nourricière. Gageons que nous nous mettions enfin à faire bouger les lignes actuelles. « L’action est l’antidote du désespoir. « 

Publier un commentaire

Curabitur justo consequat. id quis, commodo ipsum